Vue : quelle surveillance pour mon enfant ?

Apprendre à voir

Dès la naissance, le nouveau-né découvre la vie essentiellement grâce à ses yeux. Sa vision se construit mois après mois, jusqu’à 5 ou 6 ans. Des troubles visuels peuvent apparaitre pendant cette phase d’apprentissage de la vision et doivent être détectés au plus vite.

 

 

 

Dès la naissance, les yeux du nouveau-né s’ouvrent sur le monde et vont lui permettre d’acquérir 80 % de toutes ses connaissances :

  • Perception du monde extérieur
  • Etablissement d’une bonne relation mère/enfant
  • Repérage dans l’espace, avec évaluation correcte des formes, des mouvements, des reliefs et des couleurs
  • Connaissance de soi et des autres
  • Acquisitions motrices et intellectuelles

L’apprentissage de la vision 

À la naissance, la vue des enfants n’est pas mature : 0,5/10ème, ce qui leur permet seulement de distinguer des formes. La vue va se développer progressivement jusqu’à l’âge de 5 ou 6 ans où elle atteindra les 10/10ème, à condition qu’il n’y ait pas de trouble de la vue. Cette période est capitale et la moindre anomalie peut en perturber le bon déroulement. 

En plus de ce développement, l’apprentissage de la vision dépend de la maturation du cerveau. Les structures cérébrales responsables de la vision évoluent beaucoup jusqu’à 18 mois : les contacts entre les cellules nerveuses sont capables de se modifier ou de se rompre pour se réorganiser. Cette propriété, c’est la plasticité du cerveau, qui lui permet d’élaborer un mode de fonctionnement adapté. Cette évolution ralentit de 18 mois à 6 ans, puis se fige pratiquement à 1 an et demi, et totalement après 6 ans. 

Quels sont les troubles visuels les plus fréquents ? 

  • L’amblyopie :

C’est une des causes principales de malvoyance, elle touche 3% des enfants. Ce trouble apparaît lorsque les yeux montrent une grande différence de vision entre eux - strabisme, amétropie (myopie, hypermétropie, astigmatisme), pathologie (infection…). L’image transmise au cerveau par l’œil « faible » ne sera alors pas analysée par ce dernier. Ce phénomène empêche la partie concernée du cerveau d’apprendre à voir.

Ce trouble n’est pas améliorable par une correction optique (lunettes, lentilles et chirurgie réfractive), puisque ce n’est pas un défaut de l’œil lui-même, mais un trouble de l’apprentissage. Elle ne peut être traitée que durant la période de développement de la vision, c'est-à-dire pendant les 6 premières années de vie. La vision devient ensuite progressivement définitive.

Si le traitement est entrepris avant les 2 ans ½ de l’enfant, la vision sera récupérée dans 100% des cas. Entre 2 ans ½ et 5 ans, la vision sera récupérée dans 50% des cas et au-delà, la récupération visuelle est plus difficile et reste souvent partielle.

 

  • Les amétropies :

Elles sont dues à un défaut géométrique de l’œil : myopie (l’enfant voit mal de loin), hypermétropie (l’enfant voit mal de près), astigmatisme (l’enfant voit mal de près et de loin, les contours sont imprécis).

 

  • Le strabisme :

Le strabisme entraîne, s’il est permanent, la perte de la vision binoculaire (utilisation simultanée des 2 yeux) et une amblyopie de l’œil qui louche, dans la plupart des cas.

Il est dû à la déviation intermittente ou permanente d’un ou des deux yeux.

4% des enfants en sont atteints, le plus souvent au cours du premier âge : 50% des cas au cours de la 1ère année, 35% au cours de la 2ème année, 10% au cours de la 3ème année.

Le strabisme peut être :

 

 

 

 

Retrouvez dans la rubrique Je veux agir des conseils pratiques sur les dépistages à effectuer.

Dernière mise à jour : 22 mars 2014.