Je suis allergique aux acariens, comment réduire mes réactions ?

Limiter les acariens chez soi en cas d'allergique

Des habitudes faciles à mettre en place permettent de limiter naturellement le développement des acariens, sans risque de polluer l’air intérieur.

Dans 1g. de poussière il y a jusqu’à 15000 acariens

Les acariens se nourrissent de débris de peau et de poils, et la chaleur ainsi que la transpiration naturelle libérées pendant la nuit favorisent leur développement dans la literie.

Pour éviter leur reproduction :

  • Aérez quotidiennement (15 minutes deux fois par jour) les chambres à coucher afin d’abaisser l’humidité de l’air, et particulièrement après avoir passé l’aspirateur pour évacuer les poussières.
  • Secouez les draps quotidiennement et laissez-les ouverts pour permettre à l’humidité et la chaleur de s’évacuer. Les acariens ne supportent pas le soleil, si vous en avez la possibilité exposez à la lumière naturelle les oreillers, couette, matelas.
  • Dépoussiérez au moins 1 fois par semaine
    • Passez un chiffon humide sur les meubles et tables de chevet. Il n’est pas utile d’utiliser un spray dépoussiérant.
    • Passez l’aspirateur en choisissant si possible un modèle équipé de filtres HEPA (Haute Efficacité pour les Particules Aériennes) qui permettent de retenir les poussières tandis que les aspirateurs standards peuvent rejeter la poussière et les acariens dans l’air de la pièce.
  • Mettez à l’abris de la poussière les jouets, peluches…
  • Ne faites pas dormir votre enfant allergique aux acariens dans le lit du bas d’un lit superposé car les acariens du lit supérieur lui tombent dessus
  • Lavez à 60°C le linge de lit une fois par semaine. Les oreillers, traversins doivent également être lavés à 60°C une fois par mois si possible. Les doudous, peluches, couvertures peuvent être lavés tous les 3 mois.
  • Passez régulièrement l’aspirateur sur le matelas, les tapis, la moquette et lavez les sols avec une serpillère humide.
  • En hiver évitez de trop chauffer : maintenez une température de 18°C dans les chambres voire 19°C dans la maison.

 

Travaux dans la maison ou envie de changer de mobilier ? C’est l’occasion d'éliminer les nids à poussière !

  • Préférez un sommier à lattes plutôt qu’un sommier tapissier
  • Choisissez un canapé en cuir ou simili plutôt qu’un canapé en tissu
  • Privilégiez les sols lisses et lavables et les rideaux que l’on peut décrocher facilement pour les laver. Evitez les moquettes, tapis, rideaux épais…
  • Optez pour des commodes et placards fermés.
Zoom
Méfiez-vous des produits « anti-acarien ».
Les oreillers, matelas et housses dits « anti-acariens » peuvent être imprégnés de substances chimiques dont la toxicité ne se limite pas aux arachnides. Certaines substances sont reconnues comme irritantes et la prudence s’impose pour ces matières avec lesquelles nous sommes en contact plus de 8 heures par jour ! Les alternatives plus sûres :
  • Il existe des oreillers et housses en fibre végétale, sans traitement chimique, qui permettraient d’éviter le développement d’acariens. Les matelas en latex naturel sont également recommandés.
  • Les housses anti-acariens : elles forment une barrière naturelle entre les acariens, leurs sécrétions, et le dormeur. Il n’est absolument pas utile qu’elles soient traitées chimiquement avec un acaricide. Pour être efficaces, ces housses doivent enfermer la literie (fermeture étanche) et être de qualité médicale. Un lavage régulier à 60°C est recommandé.
​Dernière mise à jour : 01 août 2018.
Vous ou votre enfant souffrez d’asthme ou d’allergies, surtout quand vous êtes dans votre domicile.
Demandez à votre médecin une prescription pour la visite d’un Conseiller Médical en Environnement Intérieur : http://www.cmei-france.fr/revendeurs.php Le CMEI est un professionnel diplômé (DIU Santé Respiratoire et Habitat ou licence professionnelle des métiers de la santé et de l'environnement – Universités de Strasbourg), formé pour établir un audit de l'environnement intérieur. Il enquête au domicile des personnes qui en font la demande – par le biais d'un médecin, et sur prescription de celui-ci – réalise des prélèvements (poussière, moisissures…) et des mesures d'allergènes, et établit un diagnostic permettant ensuite de mettre en oeuvre des mesures pour l'éviction des polluants domestiques, et d'adapter son habitat.

Dates des actions proposées

De nouvelles dates à venir