Habits, jouets, soins : comment réduire l'exposition de mon enfant aux perturbateurs endocriniens ?

Je veux aller plus loin

D’autres pistes

Une sélection d’actualités, de sites référents sur les perturbateurs endocriniens, et d’actions à mettre en œuvre en tant que consommateur responsable.

•   Participer à un atelier Nesting: informations et inscription en cliquant ici.

•   S’abonner à la lettre d'information du site du Réseau Environnement Santé (RES), site de l’un des acteurs majeurs dans la lutte contre les perturbateurs endocriniens. Depuis 2009, le RES regroupe des scientifiques, des professionnels de santé, des ONG et des associations de malades. Face à l’explosion des maladies chroniques comme le cancer, le diabète ou encore l’asthme, le RES agit pour faire reconnaitre la relation entre santé et impact environnemental. A lire notamment : dossier santé / environnement: perturbateurs endocriniens.

Télécharger le guide jouet de WECF (Women in Europe with Common Future)

Télécharger l’application gratuite QuelCosmetic lancée par UFC Que Choisir : cette application permet de décrypter les composants des produits cosmétiques en montrant les ingrédients indésirables (perturbateurs endocriniens, allergènes, irritants…). C’est aussi une application participative. Si le produit scanné n’est pas encore dans la base de données, le consommateur est invité à le signaler. Voir la vidéo de démonstration.

 

Je peux aussi :
•    Proposer à ma mairie, à mon médecin, à mon association locale d’installer l’exposition de la Mutuelle Familiale et du Réseau Environnement Santé.
•    Lire Toxique Planète, Le scandale invisible des maladies chroniques d’André Cicolella – parution le 17 octobre 2013. Editions : Seuil
•    Lire Le livre Antitoxique : Alimentation, cosmétiques, maison… du Docteur Laurent Chevallier – parution le 10 avril 2013. Edition Fayard
•    Lire Le petit guide de la grossesse sans risque de Catherine Dupin et Alix Leduc – Publication en Septembre 2011 - Editions Leduc.s
•    Consulter le rapport conjoint de l’Organisation Mondiale pour la Santé (OMS) et du Programme des Nations-Unies pour l’Environnement (PNUE), « State of the science of endocrine disrupting chemicals », publié le 19 février 2012

Contenu élaboré par l’équipe rédactionnelle de Ma Prévention Santé et validé par André Cicolella, chimiste toxicologue, Président du Réseau Environnement Santé.
Dernière mise à jour : 01 août 2018.

À lire aussi
Crème hydratante, gel douche, dentifrice…Où se cachent les perturbateurs endocriniens ?