Crème hydratante, gel douche, dentifrice…Où se cachent les perturbateurs endocriniens ?

Se faire beau tout en préservant sa santé

Il est possible de réduire considérablement notre exposition corporelle aux perturbateurs endocriniens. Le premier reflexe à adopter est de lire les étiquettes !

Pour mon hygiène, je préfère

  • Les huiles végétales pour l’hydratation du visage, du corps, bio si possible : huile de jojoba, de chanvre, de rose musquée, d'amande douce...
  • Les dentifrices sans triclosan, labélisés Cosmébio et/ou  Ecocert
  • Les produits sans parfums, sans parabènes (code E214 à E219)
  • Les déodorants sans parfum, sans sels d’aluminium
  • Les produits labélisés : Cosmébio, Ecocert, Nature & Progrès… Ce sont les garde-fous du « green washing » qu’opèrent certains industriels grâce à un marketing trompeur (emballage véhiculant une notion de pureté, de naturel…)

          

Certains produits peuvent également porter la mention Slow Cosmétique, qui est attribuée aux marques engagées dans une cosmétique écologique, répondant aux critères fixés par l'association Slow Cosmétique. Plus d'informations dans Aller plus loin.

J’évite

  • Les produits contenant des phtalates, parabènes, triclosan, muscs synthétiques, phénoxyéthanol, BHA, benzophénone… Pour le savoir, consultez la liste d’ingrédients indiquée sur l'emballage
  • Déodorants anti-transpirants, lingettes démaquillantes et pour la toilette intime
  • Vernis à ongle, rouge à lèvre, parfum…
Zoom
Des ateliers pour apprendre à décrypter les étiquettes, et fabriquer ses propres cosmétiques !
 

Lire la suite >

Dernière mise à jour : 02 août 2018

Dates des actions proposées

Veuillez sélectionner la date qui vous interesse.