Aspartame, stévia, acésulfame K... Faut-il se méfier des édulcorants ?

Décrypter les étiquettes

La consommation d’édulcorants et de produits lights n’est pas la solution pour perdre du poids. Il est plus efficace et durable de rééquilibrer son alimentation, en respectant ses sensations de faim, de satiété.

Consulter la liste d’ingrédients

On trouve de l'aspartame dans environ 6 000 produits de consommation courante et 500 produits pharmaceutiques (sirops contre la toux, pastilles contre le mal de gorge…). La chasse aux édulcorants peut sembler compliquée, mais on peut facilement les dénicher en vérifiant la composition du produit. Ces additifs sont écrits en toutes lettres dans la liste d’ingrédients, ou désignés par leur code européen. Voici les édulcorants les plus fréquents :

  • Aspartame = E951
  • Acésulfame K ou acésulfame-potassium = E950
  • Polyols: sorbitol = E420 ; mannitol = E421 ; xylitol = E967. Consommés en excès, ces édulcorants peuvent provoquer des diarrhées.
  • Rébaudioside A (stévia) = E960

D’une manière générale, évitez les produits portant la mention « allégé », « light », « sans sucre ». L’allégation « sans sucre ajouté » est cependant intéressante car elle signifie que le produit ne contient que des sucres naturellement présents, dans des fruits en compote par exemple.

 

Zoom
Le chocolat light : moins de sucres mais plus de graisses !
Le chocolat est un mélange de beurre de cacao, cacao et sucre, voire de poudre de lait. Dans le chocolat light, le sucre est partiellement remplacé par des polyols, moins caloriques que le saccharose. Cependant, la diminution de la teneur en sucre est compensée par l’ajout de matières grasses. Ainsi, la majorité des chocolats light sont plus caloriques que le chocolat traditionnel.

 

Se passer des édulcorants c’est bien, réduire sa consommation de sucre c’est mieux !

La consommation régulière de sucre dans le café, le thé, le yaourt, la compote, les sucreries en tout genre, peut entrainer une certaine dépendance à la saveur sucrée. On peut tout à fait s’en passer, et redécouvrir la subtilité de certains aliments… C’est une question d’habitude !

Les barre de chocolat, biscuits, sodas sont trop sucrés, ils provoquent fringales et grignotages.

  • A TABLE : le dessert habituel en fin de repas répond-il à un réel besoin, ou à la gourmandise ? Vous pourriez le garder pour un en-cas dans l'après-midi, en favorisant des aliments riches en fibres et nutriments, par exemple : 1 pomme (bio si possible) et une poignée d’amandes ou de noix, avec une boisson chaude non sucrée.

 

  • EN CUISINE : vous pouvez réduire la quantité de sucre de 30% dans la plupart des recettes, sauf certaines ou le sucre a un rôle essentiel (meringue, macaron…). N’hésitez pas à utiliser le miel, en moins grande quantité car son pouvoir sucrant est légèrement supérieur à celui du sucre blanc. De nombreux sites proposent des recettes de desserts où le sucre est partiellement remplacé par des fruits secs bien parfumés : pâte de dattes, purée de pruneaux, etc.

 

  • A LA MACHINE A CAFE : plutôt que de boire un café/thé amer qui ne peut se passer de sucre, amenez vos propres sachets de thé ou de café : plus savoureux, vous aurez certainement plaisir à les déguster nature.

 

  • BONBON, CHEWING GUM, SODA : ces produits associent de nombreux additifs et ne présentent aucun intérêt nutritionnel. Il est préférable de ne pas en consommer, ou de privilégier un produit artisanal, sans arômes, colorants ou édulcorants de synthèse.
Zoom
Le sucre « complet » est-il meilleur pour la santé que le sucre blanc ?
Le sucre dit complet est un sucre non raffiné, c’est-à-dire qu’il contient encore de nombreux oligoéléments, qui lui donnent une couleur brune et un goût anisé. Le sucre complet apporte 400kcal/100g tout comme le sucre blanc. Ils sont tous deux composés de saccharose, mais le sucre complet apporte certaines vitamines et minéraux, en très petites quantités si l’on tient compte de la dose de sucre consommée. Qu’il soit blanc, blond ou brun, le sucre est à consommer avec grande modération !

Dernière mise à jour : 07 août 2018.

E-conseils Sport Santé La Mutuelle Familiale propose à ses adhérents un accompagnement personnalisé par des experts à distance.
Les e-conseils, accessible depuis l’espace adhérent Internet, donnent la possibilité, à ceux qui le souhaite, de poser une question spécifique à un médecin nutritionniste ou du sport. Au programme : compléments alimentaires, activité physique adaptée, incident au cours d’une pratique sportive ou encore sport sur ordonnance. Les réponses sont apportées par un médecin de l’IRMBS – Institut de Recherche du Bien-Être, de la Médecine et du Sport santé – et les échanges restent confidentiels. Ce service est réservé uniquement pour les adhérents de La Mutuelle Familiale.

Dates des actions proposées

De nouvelles dates à venir